Le châle Canopy / Canopy shawl

1 comment


J'avais envie d'un grand châle doux et enveloppant (une envie sans doute née de la frustration liée au semi-échec du Follow your arrow Mystery Kal de Ysolda Teague...). J'étais en train de feuilleter Ravelry, quand Mandarine's a annoncé la sortie de son nouveau modèle de châle, Canopy

J'ai eu vrai coup de cœur. Pas trop surchargé de dentelle, dans une laine pas trop fine, tout en étant délicat.


Châle Canopy / Canopy Shawl, picture by Mandarine's
Je l'ai immédiatement imaginé en blanc cassé ou beige. J'ai trouvé la laine chez Les petits points parisiens, de la Cusco de chez La Filature du Valgaudemar, du baby alpaga extrêmement doux.




Mandarine's organise un Knit along, à suivre sur Ravelry ou instagram avec le hashtag #canopyKAL.


***


I wanted a big soft shawl in which I could  wrap (a wish probably originated by the frustration of my semi-failure with the Follow your arrow Mystery Kal by Ysolda Teague...). I was browsing Ravelry when Mandarine's announced the release of her new shawl pattern.
I had a real crush. Not too overloaded with lace, and in a not too fine yarn, yet delicate.
I immediately imagined it in beige or off-white. I found the wool at Les petits points parisiens, a extremely soft baby alpaca "Cusco", from french crafty spinning company La Filature du Valgaudemar
Mandarine's is organizing a Knit along that can be followed on Ravelry or instagram with the hashtag #canopyKAL




...

Leave a Comment


Difficile de repartir dans la vie après cette terrible semaine... Difficile de trouver les mots, difficile de se taire, difficile de trouver du sens...

Alors on lit...

Voltaire, Traité sur la Tolérance
PRIÈRE À DIEU
     "Ce n'est donc plus aux hommes que je m'adresse; c'est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps: s'il est permis à de faibles créatures perdues dans l'immensité, et imperceptibles au reste de l'univers, d'oser te demander quelque chose, à toi qui as tout donné, à toi dont les décrets sont immuables comme éternels, daigne regarder en pitié les erreurs attachées à notre nature; que ces erreurs ne fassent point nos calamités. Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d'une vie pénible et passagère; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux, et si égales devant toi; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil; que ceux qui couvrent leur robe d'une toile blanche pour dire qu'il faut t'aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire; qu'il soit égal de t'adorer dans un jargon formé d'une ancienne langue, ou dans un jargon plus nouveau; que ceux dont l'habit est teint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d'un petit tas de la boue de ce monde, et qui possèdent quelques fragments arrondis d'un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu'ils appellent grandeur et richesse, et que les autres les voient sans envie: car tu sais qu'il n'y a dans ces vanités ni de quoi envier, ni de quoi s'enorgueillir.
     Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères! Qu'ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l'industrie paisible. Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l'instant de notre existence à bénir également en mille langages divers, depuis Siam jusqu'à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant."

 Et puis... Vive la satire...

By Knits for life / Drawing by Eric Salch


***

Difficult to go back to daily life after this terrible week... Hard to find words, hard to stay quiet, hard to find meaning ...
 So  I read...
 
Voltaire, Treatise on tolerance
PRAYER TO GOD
      "No longer then do I address myself to men, but to you, God of all beings, of all worlds, and of all ages; if it may be permitted weak creatures lost in immensity and imperceptible to the rest of the universe, to dare to ask something of you, you who have given everything, and whose decrees are immutable as they are eternal. Deign to look with pity on the errors attached to our nature; let not these errors prove ruinous to us. You have not given us hearts to hate ourselves with, and hands to kill one another. Grant then that we may mutually aid each other to support the burden of a painful and transitory life; that the trifling differences in the garments that cover our frail bodies, in our insufficient languages, in our ridiculous customs, in our imperfect laws, in our idle opinions, in all our conditions so disproportionate in our eyes, and so equal in yours, that all the little variations that differentiate the atoms called men not be signs of hatred and persecution; that those who light candles in broad daylight to worship you bear with those who content themselves with the light of your sun; that those who dress themselves in a white robe to say that we must love you do not detest those who say the same thing in cloaks of black wool; that it may be all the same to adore you in a dialect formed from an ancient or a modern language; that those whose coat is colored red or violet, who rule over a little parcel of a little heap of mud of this world, and who possess a few round fragments of a certain metal, enjoy without pride what they call grandeur and riches, and may others look on them without envy: for you know that there is nothing in all these vanities to inspire envy or pride.
May all men remember that they are brothers! May they hold in horror tyranny exerted over souls, just as they do the violence which forcibly seizes the products of peaceful industry! And if the scourge of war is inevitable, let us not hate one another, let us not destroy one another in the midst of peace, and let us use the moment of our existence to bless, in a thousand different languages, from Siam to California, your goodness which has given us this moment."

 And... Long live satire!

Happy 2015!

Leave a Comment


Belle et heureuse nouvelle année!
Happy new year!


Quelques photos prises avec mon nouveau jouet, un Canon 100D.











© 2008 aprilios All Rights Reserved. Fourni par Blogger.